bandeau_osteoporose

Mieux prendre en charge l'ostéoporose : quel rôle joue le diagnostic biologique ?

Roche Diagnostics France lance une campagne d’information dans plus de 800 laboratoires de biologie médicale partout en France

carte

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Ostéoporose (JMO) le 20 octobre 2015, Roche Diagnostics France s’associe à 800 laboratoires de biologie médicale pour témoigner, auprès du grand public, de l’importance des examens de biologie médicale dans la prévention, la prise en charge et le suivi thérapeutique des pathologies.

 

Forte du constat d’une méconnaissance des Français du diagnostic biologique*, Roche Diagnostics France souhaite valoriser l’importance des examens biologiques et le rôle du biologiste médical, tout au long du parcours de soin des patients.

 

Au cours de la semaine du 19 octobre, Roche Diagnostics France fournira aux laboratoires partenaires de cette initiative un dispositif de communication destiné à informer les patients en salle d’attente (affiches, vidéo, brochure explicative).


Qu’est-ce que le diagnostic biologique (ou in vitro) ?

Le diagnostic biologique est un maillon essentiel du parcours de soins du patient : du dépistage, jusqu’au suivi thérapeutique d’une pathologie.

Il regroupe l’ensemble des techniques, appareils et dispositifs qui permettent d’obtenir une information médicale à partir d’un échantillon de sang, d’urine ou de peau prélevé sur les patients.

Dans 60 à 70 % des cas, c’est sur le diagnostic biologique (test de diagnostic in vitro), que le médecin généraliste se base avant de prendre une décision thérapeutique**.

Place du diagnostic biologique dans  l’ostéoporose

couv_pdf

Maladie silencieuse (sans symptôme, ni douleur), l’ostéoporose est difficile à diagnostiquer et à traiter précocement. Elle se caractérise par la diminution de la masse osseuse et l’apparition d’anomalies de la qualité du tissu osseux en lien avec l’avancée en âge et la diminution globale de l’activité physique. La fragilité osseuse des patients les expose à un risque accru de fractures (notamment au niveau du poignet, de la hanche et du col du fémur).

L’ostéoporose touche davantage les femmes, en particulier après la ménopause (39 % à 65 ans et 70 % à 80 ans***).

Les résultats d’analyses médicales sont déterminants dans la prise en charge de cette maladie. Ils permettent, notamment, au médecin de corriger un éventuel déficit en calcium et en vitamine D avant de prescrire un traitement de l’ostéoporose.

Grâce au diagnostic biologique, le praticien pourra aussi rechercher les causes d’une  ostéoporose dite secondaire, c’est-à-dire une pathologie qui pourrait être (en partie, au moins) responsable de l’ostéoporose. 
 

Pour en savoir plus, consultez notre infographie :
"Ostéoporose : une maladie silencieuse et indolore. Et si on en parlait ?"

 

 

Quelle est la mission du biologiste médical ?

biologiste

Le rôle du biologiste médical au sein d’un laboratoire d’analyse est complémentaire de celui des médecins généralistes et spécialistes. Titulaire d’un diplôme de médecin ou de pharmacien, il est en mesure d’interpréter et d’expliquer aux patients leurs résultats d’examens.

Il est parfois difficile d’évaluer le mieux-être apporté par un traitement, dont les bénéfices ne sont pas visibles.  L’ostéoporose, maladie indolore et asymptomatique, en est un exemple. En dosant certains marqueurs biologiques, avant la mise en route du traitement et trois à six mois après, le biologiste peut accompagner le patient et le médecin dans l’observance d’un traitement.

savoir

Le diagnostic biologique donne le pouvoir de savoir.

Le diagnostic biologique

Le diagnostic biologique : véritable valeur médicale ajoutée pour les patients

 

* Source : Les patients, le diagnostic médical et les laboratoires d’analyses médicales », enquête réalisée par IFOP Healthcare France – 2014.
** Source : Association européenne des fabricants de produits diagnostiques (EDMA) 2009
*** Source : Société Française de Rhumatologie – Dossier Ostéoporose 2005.